Les bienfaits des sangsues et d’une hirudothérapie


Application de sangsues

L’utilisation ancienne des sangsues médicinales voit à nouveau le jour à titre de traitement de sauvetage d’urgence dans les cas où les interventions chirurgicales ne permettent pas de rétablir la circulation sanguine après une greffe de tissu ou une chirurgie visant à réimplanter un membre. Mais l’application de sangsues sur la peau est aussi considérée comme une méthode efficace pour équilibrer les humeurs du corps et éliminer les substances nocives de notre organisme.

 

Des chirurgiens canadiens prescrivent des sangsues dans le but de retirer l’excès de sang qui s’accumule après des opérations visant à réimplanter un doigt, une oreille ou d’autres parties du corps sectionnées. Les engorgements de sang perturbent la circulation et peuvent entraîner la mort des tissus.

 

Les bienfaits de la morsure

Une morsure de sangsue dans la région greffée ou réimplantée permet de retirer à peu près 5 mL de sang engorgé. Toutefois, le principal bienfait thérapeutique provient des anticoagulants et des vasodilatateurs naturels que renferme la salive de la sangsue et qui entraîne la libération du sang de la morsure (jusqu’à 50 mL) pendant six heures ou plus après l’utilisation des sangsues.

De nouvelles sangsues sont placées à plusieurs reprises dans la journée durant trois à sept jours jusqu’à la formation de nouveaux vaisseaux sanguins qui rétabliront la circulation dans les tissu touchés.

 

Le coût

Le coût d’une sangsue est d’environ 10€. Des sangsues sont élevées par une entreprise française et fournissent le monde entier. Cette société est la SAS Ricarimpex.

Sangsue Hirudo medicinalis

Sangsue Hirudo medicinalis

Les réglementations

Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration a approuvé l’utilisation des sangsues médicinales, connues sous le nom de Hirudo medicinalis, à titre de dispositif médical en juin 2004. Les sangsues médicinales font partie des produits biologiques réglementés par la Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques.

 

Données concluantes

Une analyse de 36 rapports portant sur l’utilisation des sangsues médicinales après des greffes de tissus chez 108 patients a montré que les tissus qui auraient autrement nécessité un débridement ou une amputation ont été préservés avec succès dans 70 à 80 % des cas.

 

Répercussions sur les soins prodigués aux patients

Le personnel infirmier doit consacrer beaucoup de temps à l’application et à la surveillance des traitements par les sangsues afin de s’assurer que ces dernières ne se nourrissent pas des tissus sains ni ne se déplacent durant le traitement. Les morsures doivent être surveillées de près une fois que les sangsues se détachent de la plaie. L’acceptation par le patient du traitement par les sangsues médicinales dépend en grande partie des conseils prodigués avant le traitement.

 

Risques associés au traitement

Parmi les risques associés au traitement par les sangsues, on compte l’infection, des pertes sanguines excessives nécessitant une transfusion, la migration des sangsues dans les orifices du corps et des réactions allergiques à la salive des sangsues. Les sangsues peuvent également propager des virus transmissibles par le sang, tels que l’hépatite et le VIH. Elles ne peuvent être utilisées qu’une seule fois et doivent être éliminées selon les techniques de manipulation des déchets contaminés. L’administration prophylactique d’antibiotiques par voie intraveineuse est recommandée afin de protéger les patients contre les bactéries portées par les sangsues.

 

Comment se passe une séance d’hirudothérapie ?

L’hirudologie est la science des sangsues. L’hirudothérapie est effectuée en toute sécurité par des spécialistes médicaux ayant recours à un groupe bien précis et sélectionné de sangsues élevées spécifiquement pour une utilisation thérapeutique, de manière à empêcher la transmission de maladies.

La surface à traiter est délimitée par un sparadrap; le thérapeute munis d’une pince ou d’un petit bocal en verre, saisit une sangsue à la fois, en laissant l’animal gardé à jeun se coller au corps du patient avec sa bouche munie d’une ventouse. On ressent alors un léger pincement et une légère sensation de brûlure.

Entre deux et dix sangsues sont apposées sur le corps et en l’espace d’une demi-heure arrivent à aspirer 10 fois leur poids. Les blessures guérissent rapidement sans laisser de cicatrices, et certaines améliorations notoires, sont obtenues pour certaines maladies incommodantes.

thibaud.durand90@gmail.comLes bienfaits des sangsues et d’une hirudothérapie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *